NZCA Lines – Infinite summer
26 janvier, 2017 @ 10:35 Critiques albums 2016

NZCA Lines – Infinite summer – 2016

12728840_10153906714853399_6578767183537820318_n

« Peu nombreux sont ceux qui osent s’aventurer au-delà des sentiers battus... » sont les mots qui, en français, ouvrent le nouvel album de NZCA Lines, après leur premier essai remarqué de 2012, avec en particulier le titre « Okinawa channels« . Cet « Approach » en ouverture et en français parlé donc, sur fond de cordes et synthés rappelle un peu le « Bambi Galaxy » de Florent Marchet par son côté SF planante. NZCA Lines a musclé son jeu peut-être au contact de Metronomy qui semble avec Hot Chip le modèle de cet album. C’est une pop accrocheuse et électro qui domine, marquée par des nappes de claviers qui grésillent et une voix toujours aérienne et assez haut perchée. Cependant nous sommes assez loin du génie des deux groupes cités plus haut même si la triplette tubesque « Persephone dreams »; « Chemical is obvious » et «  »Two hearts » est tout à fait intéressante. La première, Metronomyesque en diable, se perd un peu dans des longueurs où guitares et claviers s’emmêlent, la deuxième, peut-être la meilleure chanson de l’album fait tout dans la subtilité entêtante. On y revient sans cesse. La troisième malgré un rythme trop binaire parvient à emporter l’adhésion grâce à un refrain qui décolle. Risque d’être fatigante à la longue cependant. « Infinite summer; New atmosphere; Sunlight » amorcent un ralentissement du tempo pour privilégier une électro planante qui malheureusement a surtout tendance à se perdre dans l’insignifiance. Des titres pas franchement désagréables mais qu’en restera-t-il dans un mois? On franchit un pas de plus vers l’indigeste cette fois-ci avec « How long does it take » et son affreuse guitare en intro, Le lourdingue « Jessica » qui se voudrait léger et « Do it better » qui porte on ne peut mieux son titre. « Dark horizon » éclaircit paradoxalement l’horizon d’un album qui commençait à se vautrer sérieusement mais il faudra attendre le dernier morceau de l’album pour sauver une face B dans l’ensemble catastrophique. « The world you have made for us » rejoint sur le fil « Chemical is obvious » sur la plus haute marche du podium.
La première phrase aura donc été cruelle pour NZCA Lines. En effet peu nombreux sont ceux qui osent s’aventurer hors des sentiers battus, Metronomy et Hot Chip en font partie, pas eux dans cet album non dépourvu de quelques bonnes idées mais noyées sous la banalité d’arrangements sans surprises et de compositions souvent trop faibles. Laissons-leur encore le temps de mûrir, de prendre des risques.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

-galettesvinyles
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Listecds |
Projet Ouroboros |
Kim Wilde 2017 / MiniKim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Graines de son
| Lerapetsonevolution
| Clipfr