Christophe – Les vestiges du chaos
26 janvier, 2017 @ 12:52 Critiques albums 2016

Christophe – Les vestiges du chaos – 2016

R-8385423-1461749835-9978

Sur des ronflements électroniques, la voix unique entre toutes de Christophe annonce, en introduction destinée à l’auditeur de ce nouvel album « je vous propose, d’ouvrir des choses, des choses avec moi, sur de nouvelles voies« . Proposition acceptée évidemment, surtout que l’homme se fait rare et donc précieux. Déjà dans ses incroyables derniers albums, il explorait les sons, les sonorités, les mots, toujours en perpétuelle recherche, ce qui à 70 ans mérite déjà un chapeau bas. C’est donc de sa « plus belle flamme » dont il est question ici. « Les vestiges du chaos » est son meilleur album, et donc, forcément, un des plus grands albums de la « chanson française ». De tous les temps. Pas plus, pas moins. On est ici au niveau de « L’homme à la tête de chou« , de « Fantaisie militaire« , c’est-à-dire au sommet. Christophe règne aujourd’hui sans conteste sur la musique de nos contrées depuis la disparition de Bashung. Chacun aura repoussé les limites, exploré, inventé pour atteindre plusieurs fois la quasi perfection.
De « Aline« , Christophe a gardé l’aspect faussement kitsch, toujours à la limite, sur le fil du rasoir et pourtant d’une beauté stupéfiante sur cet « Océan d’amour« , ballade en platine sur tapis volant de cordes, de choeurs et de synthés. Arrangements, chant, paroles, tout est parfait. Talent rare que de savoir cuisiner une pièce montée légère. Encore mieux ensuite « Stella botox » débute sur une ligne de basse sautillante avant d’installer une atmosphère entêtante durant laquelle Christophe montre quel grand chanteur il est. Immense chanson. Et pourtant le niveau monte encore sur cet hommage déguisé à Lou Reed qu’est « Lou« , une des plus belles chansons entendue depuis…? « La Mustang sur les dunes envoie Satelite of love« , le piano tourne en rond et c’est aussi beau que « Perfect day » de Loulou, qu’on entend d’ailleurs parler à la fin avant que la guitare déchire. On en est à 4 morceaux, 4 chefs d’oeuvres et ça va continuer avec « Dangereuse » aussi délicate que possible sur ses arrangements de cordes. Le duo électroïde avec Alan Vega « Tangerine » est une impitoyable et impressionnante machine mystérieuse et froide. Réussite totale. Que dire de « Drone« ? Un cliché: c’est tellement bien que ça fout la chair de poule. « Tu te moques » devrait être un tube dans un monde où les programmateurs d’NRJ auraient des oreilles à la place du porte monnaie ou du respect envers les auditeurs. Allez soyons honnête, la sauce ne prend pas vraiment sur « Les mots fous » où flirtent du coup le gnan gnan et l’ennui, seul faux pas du disque. On remonte donc vers les cîmes pour terminer cet immense album avec « Les vestiges du chaos » coécrit par JM Jarre qui transporte l’auditeur sur des sons de fin du monde et « El justo » en conclusion sublime dans laquelle Christophe se confie à ses parents avant de laisser la parole à Anna Mouglalis.
Des comme ça on en rencontre un par décennie, c’est peut-être son dernier alors il ne faut surtout pas passer à côté. Christophe enfonce sans problème la totalité de la production française actuelle (comment est-il seulement possible d’écouter le dernier Renaud après ça?) qui a son nouveau mètre étalon. Le roi est vivant et trône.

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

-galettesvinyles
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Listecds |
Projet Ouroboros |
Kim Wilde 2017 / MiniKim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Graines de son
| Lerapetsonevolution
| Clipfr